us_flagFR_flag

Enthéos

Source: Marc 14,30


«Kepha, pourquoi pleurer?
Je t'ai donné tout l'amour que tu étais capable d'imaginer.
Et je suis toujours resté à tes côtés. Je n'ai jamais failli et tu ne m'as jamais pris en défaut.
J'ai tenu ma promesse: j'ai tenu ma vie intacte au cœur de ta nature.
Tiens la tienne: garde ton âme intacte au cœur de ma nature.
»

«Ô mes amis, mes enfants, comme ma route a été longue pour arriver jusqu'à vous, et même si la main qui m'a guidé m'a semblé ferme et assurée, j'ai plus souvent qu'à mon tour connu l'obscurité. Celle-ci m'a rendu fragile et je ne suis pas devenu plus fort en essayant de la combattre.
Que peut une âme simple contre la nuit?

Rien, vraiment rien.

La nuit est bien plus vaste que nos âmes d'hommes. Elle s'étend de la naissance à la mort. Alors, qu'éprouver d'autre que de la crainte pour cette fragilité vacillante qui nous habite. Et surtout comment ne pas chercher à la défendre?

J'ai essayé.

En défendant cette chose devenue fragile, une lumière en moi s'est levée. Car si je me suis levé, ce n'était pas pour prier. C'était pour lutter avec à la main des armes faites de mots, d'intentions et d'amour. Ce sont là les armes du Seigneur.
C'est la foi. Nous allons vers la destruction comme l'ombre va vers la lumière.

Comprenez la foi: elle exprime juste notre avidité de lumière.
N'oubliez pas la foi: nous sommes du côté de la lumière.

N'acceptez pas que la nuit nous domestique, qu'elle nous prenne au piège de notre humanité. Qu'elle nous enserre dans un sentiment de souffrance universelle, qu'elle nous fasse à notre tour cesser de briller au spectacle hallucinant de la détresse, de l'injustice et de la mort.

Nous devons lutter contre l'injustice et la détresse, mais ces sentiments ne doivent pas nous éteindre, car ils sont nos ennemis. Bien au contraire, nous devons briller pour gagner ce combat, car c'est le combat de la lumière. Alors c'est sûr, je peux en témoigner: un ami fidèle m'a guidé et cet ami n'a jamais failli.»

«Kepha, je suis là.
Je suis là en permanence.
Même lorsque tu m'oublies, je t'écoute.
Ton âme, c'est ma présence en toi.
Je suis l'eucharistie permanente qui nourrit ton âme.
Et tu n'es pas perdu si tu me cherches, car je te vois.
Je suis le cœur de tes instants. Pais mes agneaux.
»

«Ô mes amis, mes enfants, comme la main qui m'a amené jusqu'à vous était sûre d'elle.
Vous voulez savoir comment rentrer dans cette église? Je vais vous dire comment entrer dans cette église. Vous voulez savoir où il demeure? Je vais vous dire où il demeure. Et si vous frappez à sa porte, il vous recevra.

Il vous recevra, car votre cécité le condamne à vous attendre. Comment le domestique peut-il faire attendre le maître de maison?»

«Kepha, pais mes brebis.»

«Ô mes amis, mes enfants. J'ai tellement désiré connaître un endroit où je pourrais lui parler et où je pourrais l'écouter. J'ai fini par trouver un tel lieu. Il est à la fois en nous-mêmes et à l'extérieur de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas le trouver dans nos cerveaux, ni dans nos esprits. On ne peut pas déplacer quoi que ce soit de nous-même vers cet endroit, se dire je vais là, entrer et attendre. C'est impossible, car ce lieu là n'est pas fait de distance. C'est un lieu qui est fait d'intentions. C'est notre âme. Et cet endroit-là ne nous appartient pas, c'est le sien.

C'est son église, c'est notre foi, mais nos prières ne peuvent à elles seules nous y conduire. Elles ne le peuvent pas, car un gémissement nous emmène moins loin qu'un chant. Un chant est porteur d'intentions. C'est pourquoi la souffrance ne doit pas éteindre la beauté. Il nous faut cesser de demander, il est temps désormais de donner. Qui que nous soyons et quelque soit notre état, il nous faut rendre le meilleur de nous-mêmes et participer ainsi à la lumière.

Comment suis-je parvenu au seuil d'un tel lieu?
Mon Dieu, comme c'est simple. Chacun des chiens du berger peut le faire.
Tu tends la main et une autre main te bénit. Alors tu habilles l'amour de ton maître de ta fidélité.

Voici où est cette église: tu utilises le meilleur de toi-même pour oeuvrer pour lui et il te donne tout ce dont tu as besoin pour t'accomplir. Parce que lorsque tu agis pour lui, tu es en lui et donc tu vis dans sa lumière. Sa présence se révèle dans ce que tu fais pour le servir et tu peux percevoir comment il t'aime parce que tu mets toutes tes forces à accomplir ce qu'il est en toi.»

«Ô Kepha, mon amour, pais mes brebis.»

«Ce soir un mince filet de fumée blanche relie la terre au ciel et de ce balcon la tradition veut que je me donne un nom.
Ô mes amis, mes enfants, je suis Kepha, Kepha Ier»